Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Du côté de ma Drôme

Il est libre Marius

Un taxi nommé Marius (Photo Stéphane Blaise).

Depuis presque dix ans, le journaliste drômois Stéphane Blaise part en vadrouille avec son âne Marius sur les routes de France. Ensemble, ils marchent au profit de l’association «Solidarité Elisa». Cette année, leur périple ne durera plus seulement quelques semaines, mais trois années et s’élargira à une partie de l’Europe. Heureux qui comme Marius a fait de beaux voyages…

Ce soir-là, dans le «Café du Siècle», à Visan, il y a foot sur l’écran géant. Mais pas pour longtemps. Car dans quelques minutes, les stars du ballon rond devront céder la place à une autre vedette, bien moins médiatisée et pourtant très attendue par la petite équipe de supporters venue ici prendre de ses nouvelles. Cette vedette s’appelle Marius, et à cet instant, elle s’affiche même sur le tee-shirt de certains d’entre eux.

Marius a 13 ans, quatre pattes, deux grandes oreilles et quand il s’agit de traverser la rivière, il est têtu comme un bourricot et n’avance plus d’un sabot. Rien de surprenant en soi car en fait, Marius est un âne. Et depuis neuf ans, il parcourt la France, accompagné d’un bipède nommé Stéphane, âgé lui de 42 ans. Qui, quand il ne marche pas à ses côtés, est journaliste dans la Drôme.

Marius et Stéphane se sont rencontrés en 2003, quand le premier a été offert au second. Sans le savoir, ce compagnon inattendu âgé de dix mois à son arrivée allait transformer la vie de son propriétaire. «Si je n’avais pas eu Marius, je n’aurais certainement jamais envisagé de voyager comme ça» explique Stéphane Blaise, «Nous sommes partis la première fois en 2007. Puis chaque année, on a ajouté quelques jours au voyage, pour partir toujours un peu plus loin. Puis, cela est devenu addictif. L’idée du nomadisme grandissait en moi. J’avais envie d’un grand voyage».

Se réconcilier avec l’humain

Ses pas et surtout ceux de Marius l’ont mené entre autres vers le Ventoux en 2008 puis le Vercors en 2010. Evidemment, le chemin de Stevenson (GR 70) en 2012, sur les traces de l’ânesse Modestine, avec qui l’écrivain écossais était parti en 1878 dans les Cévennes pour 220 km de marche ; Le Jura en 2014… Et ce soir-là, toujours dans le «Café du Siècle», Stéphane Blaise est venu présenter un reportage tourné par la société de production ardéchoise "Néos Films" sur son périple dans le territoire de la bête du Gévaudan, en 2015. C’est cette année-là qu’il fait la connaissance de Céline Bugnon, chanteuse et Suissesse de 39 ans, qui les accompagne désormais avec sa mule Symphonie. Deux chiennes, Baya et Cali, sont aussi de la partie. Stéphane et Marius sont partis le 23 mars dernier de Buis-les-Baronnies, et ont été rejoints par la suite par le duo féminin, pour cette fois-ci un tour de France, puis d’Europe.

«Quant à moi, je voyage non pour aller quelque part, mais pour marcher. Je voyage pour le plaisir de voyager. L’important est de bouger» écrivait Stevenson dans Voyage avec un âne dans les Cévennes. Comme lui, Stéphane Blaise se défend de se chercher ou de chercher quelque chose, ailleurs. Pas de fuite ni de crise de la quarantaine non plus. «Je ne me retrouvais tout simplement plus dans cette société de consommation. Dans ces voyages, il y a beaucoup de discussions, de rencontres. Il est possible de faire passer des messages, et d’en recevoir également. J’ai rencontré des militants, des personnes qui ont mis leurs vies au service des autres. C’est rassurant et cela m’a réconcilié avec l’humain».

Donner l’envie d’aller vers l’autre

Stéphane Blaise a tenu lui aussi à donner du sens à ses voyages, en marchant au service d’une cause. Ainsi depuis 2011, Marius et lui ne comptent pas leurs pas au profit de l’association «Solidarité Elisa», basée à Condillac dans la Drôme, et qui vient en aide aux familles d’enfants malades ou handicapés de la région. Lors de leurs précédentes vadrouilles, ils ont déjà récolté plus de 13000 € pour l’association, en vendant entre autres via leur site internet différents objets à l’effigie du «Marius Tour». Stéphane a également souhaité mettre en place des échanges avec les jeunes enfants du C.L.A.E. (1) du foyer rural d’éducation populaire de Visan, le village de l’Enclave-des–Papes où il a grandit. Chaque semaine, ils échangent mails et dessins. «J’avais envie de montrer aux enfants que l’on peut faire autre chose de sa vie, leur donner le goût du voyage et l’envie d’aller vers l’autre, et de profiter de chaque instant».

Mais celui qui se définit lui-même comme un «journaliste-randonneur» garde une passion intacte pour son métier et fourmille d’idées de reportages à réaliser pendant ses trois années de voyage. Sur le chemin des Huguenots qu’ils emprunteront pour aller jusqu’en Suisse ; Sur les nombreuses personnes qu’ils croiseront au fil des routes et des sentiers ; Sur leurs différents passages sur le chemin de Compostelle. Stéphane tient également un carnet de voyage qu'il publie régulièrement sur son blog.

Pendant ce temps-là, Marius poursuit sa route. Après une pause dans leur voyage en raison de quelques soins nécessaires sur les bipèdes, dont les pieds ont eu à un moment du mal à suivre, sa troupe et lui ont repris leurs bâtons de pèlerins et se trouvent actuellement en Savoie, du côté de Chambéry. Guidé par son fidèle compagnon Stéphane, Marius avance au rythme de la nature et de ces petits moments de rencontres qui font la richesse de leur aventure. Tous les deux portés par un même vent de liberté.

G.V.

(1) : C.L.A.E. : Centre de Loisirs Associé à l’Ecole.

Il n'y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l'accomplit.

René Char

"Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise).
"Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise)."Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise).
"Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise)."Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise)."Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise).
"Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise)."Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise).

"Marcher avec cette impression de liberté et découvrir l'humain différemment. Plus je voyage, plus j'ai envie de voyager" (Photos Stéphane Blaise).

***

- Pour suivre les aventures de Marius et sa bande, c’est ici > www.heureuxquicommemarius.com

- Pour les accueillir le temps d'une nuit, c’est aussi sur le site internet, rubrique « Marius ira dormir chez vous ? » > http://heureuxquicommemarius.com/carte

- Marius est aussi sur Facebook dans « Itinéraire d’un âne bâté » > https://www.facebook.com/heureuxmarius/?fref=ts

- Découvrir l’association « Solidarité Elisa » et ses actions en faveurs des familles d’enfants malades ou handicapés, c’est ici > www.solidarite-elisa.fr

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

J
C'est beau la générosité quand on laisse des
dettes derrière soi!!
Répondre