Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Du côté de ma Drôme

A Noël, les treize desserts, le nougat

Du côté de la Garde-Adhémar, lors du marché de Noël, la table des 13 desserts a été dressée pour les visiteurs, à côté de la crèche. (Photos G.V.)

Du côté de la Garde-Adhémar, lors du marché de Noël, la table des 13 desserts a été dressée pour les visiteurs, à côté de la crèche. (Photos G.V.)

Ils sont treize, comme le nombre de convives de la Cène (NDLR. Dernier repas que Jésus Christ prit avec les douze apôtres, le soir du Jeudi Saint, la veille de sa crucifixion).

Treize desserts, dont les premières traces écrites se retrouvent dans les années 1920, bien que l'abondance des desserts de Noël soit attestée depuis la fin du 18ème siècle, entre autres dans des ouvrages détaillant surtout les habitudes culinaires marseillaises. Depuis, cette tradition est restée très ancrée en Provence et donc, dans la Drôme.

A l'origine, les treize desserts se dégustaient au retour de la messe de minuit. Aujourd'hui, ils sont consommés après le repas de la veille ou le jour de Noël.

Et justement demain, c'est le 24 décembre. Alors, en clin d'oeil à la tradition, si sur notre table, on posait à nouveau ces fameux treize desserts de Noël? D'autant que dans la Drôme,  se fabrique l'un des plus célèbres d'entre eux... le nougat.

Le nougat blanc, et son cousin le nougat noir, font en effet partie des treize desserts de Noël. Mais au fait, quels sont-ils, ces treize desserts?

Il y a quatre "incontournables" : 

- Les fruits secs, appelés aussi "les 4 mendiants" en référence aux ordres religieux auxquels ils renvoient : les noix ou les noisettes (symboles des Augustins) ; les figues sèches (symbole des Franciscains) ; les amandes (symbole des Carmes) ; et les raisins secs (symbole des Dominicains).

- La "pompe à huile", gâteau parfumé à la fleur d'oranger, à rompre comme le Christ a rompu le pain, et non à couper, sous peine de se trouver ruiné l'année suivante!

- Le nougat noir et le nougat blanc, qui selon une légende, renverraient à une offrande faite au jeune Jésus par un Maure, dans la suite des Rois Mages.

- Les fruits frais, comme le raisin, le melon de Noël, et plus tard les oranges, les clémentines ou les mandarines, signes de richesse.

A cela, s'ajoutent différentes confiseries en fonction des spécialités locales et des coins de Provence. Ainsi très souvent, le calisson, les oreillettes, la pâte de coing, les dates fourrées à la pâte d'amande, les fruits confits ou encore les croquants aux amandes viennent compléter ce grand plateau de délices. 

Derniers détails mais pas des moindres pour respecter jusqu'au bout la tradition : tous ces mets doivent être dressés sur trois nappes blanches de tailles différentes, une grande, une moyenne et une petite. Trois lumières ou trois chandeliers, ainsi que trois soucoupes contenant entre autres du blé semé pour la Saint-Barbe, doivent être également disposées sur les nappes.

Et bien sûr, il faut évidemment goûter chacun des treize desserts, qui resteront trois jours sur la table!

Tant pis, on fera régime demain, ou au plus tard en 2017, comme le veut une autre tradition, celles des bonnes résolutions de début d'année!

Bon Noël à tous et à l'année prochaine, du côté de ma Drôme! 

G.V.

Nougat : (nou-ga -- espagnol nogado et nogada), sauce pour le poisson, faite de noix et d'épices d'une forme fictive : nucatum, préparation à la noix, du latin nux. Sorte de gâteau fait de noix et d'amandes brûlées et de caramel ou de miel. Nougat au sucre, au miel. Le nougat de Montélimar est fort estimé. Le nougat est un gâteau obligé en Provence la veille de Noël.

Extrait du "Grand dictionnaire Universel", de Pierre Larousse, 1866.

A Noël, les treize desserts, le nougat
A Noël, les treize desserts, le nougat
A Noël, les treize desserts, le nougat

Recette du Nougat noir de Provence

Ingrédients pour 6 personnes :

- 300 g de sucre

- 300 g de miel

- 300 g d’amandes

Verser le sucre en premier.

Mettre un doigt d’eau. L’eau doit dépasser légèrement le sucre.

Verser le miel.

Cuire à feu doux à 155° et verser les amandes préalablement grillées au four.

Laisser refroidir à température ambiante.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article

C
Bonjour,
C'est rigolo pour illustrer un article sur noël et le partage d'un repas comme la cène, vous utilisez une table dressée sur laquelle est inscrit "Ne Pas Toucher".
A+
Répondre